ย 

Le ventre et la guรฉrison des femmes


๐Ÿ“–๐ŸŒ… ๐•๐•– ๐•ง๐•’๐•š๐•ค ๐•ฅ๐•– ๐•ฃ๐•’๐•”๐• ๐•Ÿ๐•ฅ๐•–๐•ฃ ๐•ฆ๐•Ÿ๐•– ๐•™๐•š๐•ค๐•ฅ๐• ๐•š๐•ฃ๐•–...


la tienne la mienne, celle de tant d'autres...โ€‹

โ€‹

๐Ÿ˜Œโœจ๐ŸŒธ Assied toi un instant, et รฉcoute...โ€‹


โ€‹

ยซ ๐‘€๐‘œ๐‘› ๐‘ฃ๐‘’๐‘›๐‘ก๐‘Ÿ๐‘’โ€ฆโ€‹

โ€‹

๐‘ƒ๐‘œ๐‘ข๐‘Ÿ๐‘ž๐‘ข๐‘œ๐‘– ๐‘šโ€™๐‘ฆ ๐‘–๐‘›๐‘ก๐‘’ฬ๐‘Ÿ๐‘’๐‘ ๐‘ ๐‘’๐‘Ÿ๐‘Ž๐‘–๐‘ -๐‘—๐‘’ ?โ€‹

๐ฝ๐‘’ ๐‘๐‘Ÿ๐‘’ฬ๐‘“๐‘’ฬ€๐‘Ÿ๐‘’ ๐‘ ๐‘–๐‘›๐‘๐‘’ฬ€๐‘Ÿ๐‘’๐‘š๐‘’๐‘›๐‘ก ๐‘›๐‘’ ๐‘๐‘Ž๐‘  ๐‘ฆ ๐‘๐‘’๐‘›๐‘ ๐‘’๐‘Ÿ, ๐‘™๐‘’ ๐‘๐‘Ž๐‘โ„Ž๐‘’๐‘Ÿ ๐‘ ๐‘œ๐‘ข๐‘  ๐‘‘๐‘’๐‘  ๐‘๐‘ข๐‘™๐‘™๐‘ , ๐‘ ๐‘œ๐‘ข๐‘  ๐‘‘๐‘’๐‘  ๐‘ก-๐‘ โ„Ž๐‘–๐‘Ÿ๐‘ก๐‘ , ๐‘™๐‘’ ๐‘™๐‘Ž๐‘–๐‘ ๐‘ ๐‘’๐‘Ÿ ๐‘‘๐‘Ž๐‘›๐‘  ๐‘™โ€™๐‘œ๐‘š๐‘๐‘Ÿ๐‘’.โ€‹

๐‘†๐‘– ๐‘—๐‘’ ๐‘™โ€™๐‘œ๐‘ข๐‘๐‘™๐‘–๐‘’, ๐‘ ๐‘– ๐‘—๐‘’ ๐‘™โ€™๐‘–๐‘”๐‘›๐‘œ๐‘Ÿ๐‘’, ๐‘ž๐‘ข๐‘– ๐‘๐‘’๐‘™๐‘Ž ๐‘”๐‘’ฬ‚๐‘›๐‘’ ๐‘ก'๐‘–๐‘™ ?โ€‹

โ€‹

๐ฝโ€™๐‘œ๐‘ ๐‘’ ๐‘™๐‘’ ๐‘Ÿ๐‘’๐‘”๐‘Ž๐‘Ÿ๐‘‘๐‘’๐‘Ÿ ๐‘ž๐‘ข๐‘Ž๐‘›๐‘‘ ๐‘—๐‘’ ๐‘ ๐‘œ๐‘Ÿ๐‘  ๐‘‘๐‘’ ๐‘š๐‘œ๐‘› ๐‘๐‘Ž๐‘–๐‘›, ๐‘š๐‘Ž๐‘–๐‘  ๐‘—๐‘’ ๐‘‘๐‘’ฬ๐‘ก๐‘œ๐‘ข๐‘Ÿ๐‘›๐‘’ ๐‘™๐‘’๐‘  ๐‘ฆ๐‘’๐‘ข๐‘ฅ ๐‘Ÿ๐‘Ž๐‘๐‘–๐‘‘๐‘’๐‘š๐‘’๐‘›๐‘ก. ๐ฝ๐‘’ ๐‘ก๐‘Ÿ๐‘œ๐‘ข๐‘ฃ๐‘’ ๐‘ก๐‘œ๐‘ข๐‘—๐‘œ๐‘ข๐‘Ÿ๐‘  ๐‘ž๐‘ข๐‘’๐‘™๐‘ž๐‘ข๐‘’ ๐‘โ„Ž๐‘œ๐‘ ๐‘’ ๐‘Žฬ€ ๐‘Ÿ๐‘’๐‘๐‘Ÿ๐‘œ๐‘โ„Ž๐‘’๐‘Ÿ ๐‘Žฬ€ ๐‘๐‘’ ๐‘ฃ๐‘’๐‘›๐‘ก๐‘Ÿ๐‘’, ๐‘Žฬ€ ๐‘๐‘’ ๐‘๐‘œ๐‘Ÿ๐‘๐‘ . ๐‘€๐‘œ๐‘› ๐‘Ÿ๐‘’๐‘”๐‘Ž๐‘Ÿ๐‘‘ ๐‘›๐‘’ ๐‘ โ€™๐‘Ž๐‘ก๐‘ก๐‘Ž๐‘Ÿ๐‘‘๐‘’ ๐‘ž๐‘ข๐‘’ ๐‘ ๐‘ข๐‘Ÿ ๐‘™๐‘’๐‘  ๐‘‘๐‘’ฬ๐‘ก๐‘Ž๐‘–๐‘™๐‘  ๐‘‘๐‘’ฬ๐‘๐‘™๐‘Ž๐‘–๐‘ ๐‘Ž๐‘›๐‘ก๐‘ , ๐‘๐‘’๐‘ข๐‘ฅ ๐‘ž๐‘ข๐‘’ ๐‘—๐‘’ ๐‘ก๐‘Ÿ๐‘œ๐‘ข๐‘ฃ๐‘’ ๐‘‘๐‘–๐‘ ๐‘”๐‘Ÿ๐‘Ž๐‘๐‘–๐‘’๐‘ข๐‘ฅ, ๐‘๐‘Ž๐‘  ๐‘‘๐‘Ž๐‘›๐‘  ๐‘™๐‘Ž ๐‘›๐‘œ๐‘Ÿ๐‘š๐‘’โ€ฆโ€‹

โ€‹

๐ท๐‘’ ๐‘๐‘™๐‘ข๐‘ , ๐‘–๐‘™ ๐‘”๐‘œ๐‘›๐‘“๐‘™๐‘’ ๐‘๐‘Ž๐‘Ÿ๐‘“๐‘œ๐‘–๐‘ , ๐‘š๐‘’ ๐‘“๐‘Ž๐‘–๐‘ก ๐‘š๐‘Ž๐‘™ ๐‘๐‘Ž๐‘Ÿ๐‘“๐‘œ๐‘–๐‘ , ๐‘–๐‘™ ๐‘ฆ ๐‘Ž ๐‘‘๐‘’๐‘  ๐‘๐‘–๐‘๐‘Ž๐‘ก๐‘Ÿ๐‘–๐‘๐‘’๐‘ , ๐‘‘๐‘’๐‘  ๐‘๐‘™๐‘–๐‘ โ€ฆ ๐ด๐‘™๐‘œ๐‘Ÿ๐‘  ๐‘—๐‘’ ๐‘๐‘’๐‘ ๐‘ก๐‘’ ๐‘‘๐‘’๐‘ ๐‘ ๐‘ข๐‘ , ๐‘’๐‘ก ๐‘—๐‘’ ๐‘™๐‘’ ๐‘›๐‘–๐‘’.โ€‹

โ€‹

๐ผ๐‘™ ๐‘‘๐‘’๐‘ฃ๐‘Ÿ๐‘Ž๐‘–๐‘ก ๐‘’ฬ‚๐‘ก๐‘Ÿ๐‘’ ๐‘๐‘’๐‘Ž๐‘ข ๐‘’๐‘ก ๐‘™๐‘–๐‘ ๐‘ ๐‘’ ๐‘๐‘’ ๐‘ฃ๐‘’๐‘›๐‘ก๐‘Ÿ๐‘’, ๐‘Ž๐‘ก๐‘ก๐‘–๐‘Ÿ๐‘Ž๐‘›๐‘ก, ๐‘ ๐‘œ๐‘ข๐‘๐‘™๐‘’, ๐‘Ÿ๐‘œ๐‘ ๐‘’โ€ฆโ€‹

โ€‹

๐‘€๐‘Ž๐‘–๐‘  ๐‘ž๐‘ข๐‘Ž๐‘›๐‘‘ ๐‘—๐‘’ ๐‘™๐‘’ ๐‘Ÿ๐‘’๐‘”๐‘Ž๐‘Ÿ๐‘‘๐‘’, ๐‘–๐‘™ ๐‘ฆ ๐‘Ž ๐‘ข๐‘› ๐‘š๐‘Ž๐‘™๐‘Ž๐‘–๐‘ ๐‘’... ยปโ€‹

โ€‹

โ€‹

โ€‹

Chรจre femmeโ€ฆ sais tu ce que cache ce ventre que tu trouves si disgracieux ?โ€‹

Sais tu seulement ce qui se dit tout bas dans ces profondeurs que tu nies ?โ€‹

Sais tu que ce que tu ne veux ni voir ou entendre, se rappelle ร  toi irrรฉmรฉdiablement dans ton corps mais aussi dans les รฉvรจnements qui jalonnent ton chemin, car tout est liรฉโ€ฆโ€‹

โ€‹

Ton ventre nโ€™est pas juste un morceau de peau qui recouvre tes organes. Ce nโ€™est pas un objet dรฉcoratif qui se doit dโ€™รชtre beau, gracieux, attirant.โ€‹

Cโ€™est un bout de Toi, de ton corps, empli de la mรฉmoire de ton passรฉ, de ta vie prรฉsente, mais aussi des mรฉmoires de ta lignรฉe.โ€‹

On dit que le ventre est le 2e cerveau, non pas celui qui pense, mais celui qui vit lโ€™รฉmotion, qui la retranscrit, instinctivement, sans rรฉflรฉchir. โ€‹

โ€‹

Il est dit quโ€™en lui, vibrent plusieurs vies.โ€‹


โ€‹

On dit quโ€™il est le siรจge de ta puissance crรฉatrice, sexuelle, quโ€™il est ton centre, ta base dโ€™ancrageโ€ฆโ€‹

On dit quโ€™en lui rรฉside ta puissance de femme, endormieโ€ฆ sous les dรฉcombres, sous les blessures conscientes et inconscientes.โ€‹

โ€‹

โ€‹

Imagine ce que tu as vรฉcuโ€ฆ imagine ce que ta mรจre a vรฉcu,โ€ฆ imagine ce que tes ancรชtres, femmes sorciรจres, guรฉrisseuses, ou simple fermiรจre des fins des temps, ont pu vivre dans leur corps de femmeโ€ฆโ€‹

Imagine tout ce qui a pu sโ€™y imprimer. Tous les non-dits, tabous, violences...โ€‹



Tout ce que le fรฉminin blessรฉ a pu engranger.โ€‹

Accouchements difficiles, traumatiques, fausses-couches, abus, viols, traumatismes, perceptions tronquรฉes du corps, de la relation ร  autrui, diabolisation ou perversion de la sexualitรฉ, du corps fรฉmininโ€ฆ la liste peut รชtre longue.โ€‹

โ€‹

Quand tu commences ร  comprendre cela, tu tโ€™aperรงois que ton regard change.โ€‹

โ€‹

โ€‹

Certes, le corps entier imprime les รฉpreuves de ta vie, et du trangรฉnรฉrationnel (sans compter les mรฉmoires karmiques), mais cette zone bien spรฉciale du corps de la femme a รฉtรฉ ๐’†ฬ๐’•๐’†๐’Š๐’๐’• de faรงon volontaire et continue, par la sociรฉtรฉ patriarcale dans laquelle nous baignons depuis des milliers dโ€™annรฉes. โ€‹

โ€‹

๐‘บ๐’† ๐’๐’Š๐’ƒ๐’†ฬ๐’“๐’†๐’“ ๐’…๐’† ๐’„๐’†๐’” ๐’Ž๐’†ฬ๐’Ž๐’๐’Š๐’“๐’†๐’”, ๐’„๐’๐’–๐’„๐’‰๐’†๐’” ๐’‚๐’‘๐’“๐’†ฬ€๐’” ๐’„๐’๐’–๐’„๐’‰๐’†๐’”โ€ฆ ๐’—๐’๐’Š๐’๐’‚ฬ€ ๐’๐’† ๐’•๐’“๐’‚๐’—๐’‚๐’Š๐’ ๐’’๐’–๐’† ๐’„๐’‰๐’‚๐’’๐’–๐’† ๐’‡๐’†๐’Ž๐’Ž๐’† ๐’†๐’”๐’• ๐’‚๐’Ž๐’†๐’๐’†ฬ๐’† ๐’‚ฬ€ ๐’‡๐’‚๐’Š๐’“๐’† ๐’‚๐’–๐’‹๐’๐’–๐’“๐’…โ€™๐’‰๐’–๐’Š.โ€‹

โ€‹

Et ce ventre merveilleux, a le droit dโ€™รชtre regardรฉ, touchรฉ, adorรฉ, dรฉsirรฉ pour toute la puissance quโ€™il recรจle. Pour cette force de vie qui lโ€™anime.โ€‹

โ€‹

Faisons fi des exigences idiotes de notre sociรฉtรฉ qui prรดne la soi-disant perfection, nous voyons bien que ce modรจle est obsolรจte vu oรน il veut nous amener.โ€‹

โ€‹

Regarde plus loin, plus profondโ€ฆ que les vergรฉtures, bourrelets, ou autres cicatrices.โ€‹

Regarde en toi avec bienveillance, รฉveille ce qui y vibre, ce qui y dort.โ€‹

Guรฉris ce qui remonte ร  la surface.โ€‹




โ€‹

Cโ€™est cela que je suis venue te raconter, avec ma sensibilitรฉ de femme, blessรฉe elle-aussi, dans cette vie et les prรฉcรฉdentes. Je suis venue te raconter tes blessures, mais aussi tes forces.โ€‹

Je suis venue te raconter comment jโ€™en suis venue ร  toucher les ventre des femmes, le mien, pour les aider ร  libรฉrer, une par une, ces couches.โ€‹

โ€‹

Il y a un moment oรน il y a cet appel en nous ร  nous reconnecter ร  plus grand, ร  cette partie de nous qui transperce notre carapace, tel un rai de lumiรจre au travers des fรชlures de la vie. โ€‹

Soulever les voiles pour nous y dรฉcouvrir et vivre NOTRE vie, NOS aspirations, NOS rรชves... avec authenticitรฉ et joie, laisser les faux-semblants derriรจre soi.โ€‹

โ€‹

๐‘น๐’†๐’•๐’“๐’๐’–๐’—๐’†๐’“ ๐’–๐’ ๐‘บ๐’†๐’๐’”...โ€‹

โ€‹

โ€‹

Si tu te sens prรชte, je suis de celles qui ouvrent la voie, comme beaucoup dโ€™autres avant moi, je me guรฉris encore chaque jour et je montre le chemin.โ€‹

โ€‹

Je te souhaite dโ€™en faire autant, pour les femmes qui tโ€™entourent, pour ยซ toi mโ€™aime ยป, pour tes enfants, mais aussi pour les hommesโ€ฆ car nous sommes complรฉmentaires dans nos souffrances, nos forces, nos blessuresโ€ฆ โ€‹


Car nous nโ€™allons pas lโ€™un sans lโ€™autre, mais lโ€™un avec lโ€™autre, dans les รฉnergies qui nous animent โ€“ Masculin et Fรฉminin sacrรฉs โ€“ mais aussi dans les รฉnergies de ce monde, de cet univers, oรน les polaritรฉs sont prรฉsentes partout en tout temps, en tout lieu, sous des formes diffรฉrentes et pourtant tellement nรฉcessaires lโ€™une ร  lโ€™autre. โ€‹

Un juste รฉquilibre ร  rรฉtablir que je ne vois pas comme un combat mais comme une รฉlรฉvation et une guรฉrison mutuelle.โ€‹

โ€‹

Aurore

5 vues0 commentaire

Posts rรฉcents

Voir tout
ย