top of page

๐ŸŒพ ๐•ƒ๐•–๐•ค ๐•ž๐•–ฬ๐•ž๐• ๐•š๐•ฃ๐•–๐•ค ๐••๐•– ๐•ž๐• ๐•Ÿ ๐•”๐• ๐•ฃ๐•ก๐•ค ๐ŸŒพ

๐™„๐™ก ๐™ข๐™š ๐™ฉ๐™ž๐™š๐™ฃ๐™ฉ ๐™–ฬ€ ๐™˜๐™ค๐™š๐™ช๐™ง ๐™™๐™š ๐™ซ๐™ค๐™ช๐™จ ๐™จ๐™š๐™ฃ๐™จ๐™ž๐™—๐™ž๐™ก๐™ž๐™จ๐™š๐™ง ๐™š๐™ฃ ๐™™๐™š๐™จ ๐™ข๐™ค๐™ฉ๐™จ ๐™จ๐™ž๐™ข๐™ฅ๐™ก๐™š๐™จ ๐™–ฬ€ ๐™˜๐™š ๐™ฆ๐™ช๐™ž ๐™ฅ๐™š๐™ช๐™ฉ ๐™šฬ‚๐™ฉ๐™ง๐™š ๐™ฅ๐™–๐™ง๐™›๐™ค๐™ž๐™จ ๐™˜๐™ค๐™ข๐™ฅ๐™ก๐™ž๐™ฆ๐™ช๐™šฬ ๐™–ฬ€ ๐™˜๐™ค๐™ข๐™ฅ๐™ง๐™š๐™ฃ๐™™๐™ง๐™š, ๐™–๐™ฅ๐™ฅ๐™ง๐™šฬ๐™๐™š๐™ฃ๐™™๐™š๐™ง. ๐™‡๐™š ๐™—๐™ช๐™ฉ ๐™ฃโ€™๐™š๐™จ๐™ฉ ๐™ฅ๐™–๐™จ ๐™™โ€™๐™šฬ๐™ฉ๐™–๐™ก๐™š๐™ง ๐™ช๐™ฃ๐™š ๐™จ๐™˜๐™ž๐™š๐™ฃ๐™˜๐™š ๐™ข๐™–๐™ž๐™จ ๐™™โ€™๐™šฬ๐™ฃ๐™ค๐™ฃ๐™˜๐™š๐™ง ๐™™๐™š๐™จ ๐™ฅ๐™ง๐™ž๐™ฃ๐™˜๐™ž๐™ฅ๐™š๐™จ ๐™จ๐™ž๐™ข๐™ฅ๐™ก๐™š๐™จ ๐™ฆ๐™ช๐™ž ๐™ฅ๐™š๐™ช๐™ซ๐™š๐™ฃ๐™ฉ ๐™ซ๐™ค๐™ช๐™จ ๐™šฬ๐™ซ๐™š๐™ž๐™ก๐™ก๐™š๐™ง ๐™–ฬ€ ๐™ฅ๐™ก๐™ช๐™จ ๐™™๐™š ๐™˜๐™ค๐™ฃ๐™จ๐™˜๐™ž๐™š๐™ฃ๐™˜๐™š ๐™™๐™š ๐™ซ๐™ค๐™จ ๐™ฅ๐™ง๐™ค๐™˜๐™š๐™จ๐™จ๐™ช๐™จ ๐™š๐™ฉ ๐™™๐™š ๐™ซ๐™ค๐™ฉ๐™ง๐™š ๐™ž๐™ฃ๐™ฉ๐™šฬ๐™ง๐™ž๐™š๐™ช๐™ง. โ€‹ Saviez vous que votre corps enregistre tout ? Votre vรฉcu, vos รฉmotions, vos joies, vos peinesโ€ฆ โ€‹ Il est lร , avec vous, avant mรชme votre naissance.



Depuis la toute premiรจre cellule, il est lร . Il grandit avec vous, ressent ce que vous ressentez, vit ce que vous avez vรฉcu, traverse vos difficultรฉs. Il vous soutient, vous aide ร  avancer. A chaque seconde, il vous dรฉfend contre les agressions extรฉrieures, intรฉrieuresโ€ฆ quelles quโ€™elles soient. Il se rรฉjouit de lโ€™attention que vous lui accordez, il sโ€™illumine de toute lโ€™รฉnergie que vous lui envoyez. Il ressent les zones de souffrances, lร  oรน vous ne voulez pas le regarder. Il tremble et souffre des mots ou pensรฉes nรฉgatives que vous lui infligez. โ€‹ Ce corps lร , est votre meilleur ami. Saviez vous que vous lโ€™avez choisi ?


Oui, ce corps, votre รขme lโ€™a choisi pour vivre cette vie. Car, quoi que vous en pensiez, cโ€™est le corps parfait pour vivre votre expรฉrience dโ€™incarnation sur Terre.


Rempli dโ€™รฉnergies subtiles, nourri par lโ€™รฉlan de Vie de votre รขme, il est votre lien avec la Vie ici. โ€‹ Par lui vous apprenez, sentez, touchez. Par lui vous goรปtez, caressez, aimez. Par lui, vous exprimez, crรฉez, rรฉalisez, avancez. Par lui, vous ressentez, expรฉrimentez. โ€‹ Par lui, et lui seul. โ€‹ Votre corps contient aussi votre passรฉ. Le joyeux, le colorรฉโ€ฆ et le traumatique, le terne. Il ressent ce que vous avez ressenti, accumulant dโ€™innombrables mรฉmoires depuis quโ€™il vous accompagne. Mรชme celles dont vous ne pouvez vous souvenir de faรงon consciente. Celles aussi que vous enfouissez loin, profondรฉment, dans lโ€™espoir quโ€™elles disparaissent. โ€‹ Mais votre corps sait, il enregistre. Au creux de ces magnifiques cellules dorment ces mรฉmoires. Ces รฉmotions qui vont ont traversรฉ, ces รฉpreuves, ces coups durs,โ€ฆ certaines ont pu trouver un chemin pour รชtre exprimรฉes, sortir et รชtre libรฉrรฉes. Dโ€™autres sont restรฉes, se sont cristallisรฉes en vous. Certaines aussi ne vous appartiennent pas, bagages de vos ancรชtres, de vos lignรฉes familiales, des non-dits, des secrets de famille,โ€ฆ Mรฉmoires du trans-gรฉnรฉrationnel. Sans explication gรฉnรฉtique, on rencontre des problรจmes de santรฉ rรฉcurrents dans certaines familles : familles dโ€™arthrosiques, de cancรฉreux, personnes qui de gรฉnรฉrations en gรฉnรฉrations ont des problรจmes cardiaques, intestinaux, dรฉpressifs, etc. et cela parfois sans cause connue ร  priori.



Avec le temps, des mรฉcanismes de dรฉfense , de protection se sont mis en place. Pour tout simplement pouvoir avancer, continuer. Maisโ€ฆ avec le temps, ce qui est figรฉ commence ร  provoquer une stagnation pathologique. Lโ€™รฉnergie ne circule plus. De subtile, au fil du temps, elle se densifie. De plus en plus, elle prend forme, et se manifeste un jour dans la matiรจre, de faรงon physique : la maladie. La ยซ Mal a dit ยป .

Maladie : expression du corps dโ€™un mal plus profond. Parfois trรจs ancien. On soupรงonnait quโ€™il รฉtait lร , mais les oeillรจres soigneusement placรฉes ont permis de continuer. Ne pas entendre les cris dโ€™alarme du corps, comme un enfant qui crie et dont on รฉtouffe le cri. ยซ On sโ€™en occupera plus tard. ยป โ€‹ Sauf queโ€ฆ un jour, le ยซ plus tard ยป devient ยซ maintenant ยป. Les symptรดmes sont douloureux, forts, demandent une pauseโ€ฆ alors un genou ร  terre, on accepte de regarder enfin ce qui doit sortir. โ€‹ La maladie nโ€™est pas ร  blรขmer, elle doit รชtre entendue, comprise profondรฉment. โ€‹ Et vient la prise de conscience. Le travail sur soi. La libรฉration. La guรฉrison. Chemin sโ€™il en est difficile, dans tous les cas รด combien รฉlรฉvateur, et rรฉvรฉlateur. โ€‹ Parfois, on a trop attendu et les atteintes sont graves. Souvent, il est juste temps. โ€‹ Alors, รฉcoutez votre corps quand il vous parle. Embrassez le, soyez prรฉsent ร  lui, car cโ€™est en fait le chemin vers vous mโ€™aime que vous entamez. Soyez bienveillant dans le regard posรฉ sur lui. Faites abstraction des jugements extรฉrieurs et commencez ร  lโ€™aimer pour ce quโ€™il est et la perle quโ€™il protรจge : VOUS. โ€‹ Aurore

14 vues0 commentaire
bottom of page